Depuis le 1er mai dernier, la validation d’un accord d’entreprise nécessite la signature de syndicats représentant plus de la moitié des salariés. Sinon, cela passera par un référendum, initié par les syndicats… ou votre patron.

 

Source : capital.fr – SAMUEL CHALOM

 

Cliquez ici